Site en cours de mise à jour. Merci de votre patience !

Pourquoi les vignobles français courent un très grand danger

ANALYSE. Selon la journaliste-blogueuse Ophélie Neiman, notre vignoble tricolore résisterait à tout, même à l’Apocalypse. Pas si sûr, si l’on regarde bien… Par Raphaël Schirmer, géographe

« Une « guerre de trente ans »

À commencer par le fait que la vigne a déjà traversé une crise d’une rare intensité, et qu’elle a bien failli disparaître de nos contrées. L’apparition en 1863 dans le Gard d’un puceron originaire des États-Unis entraîne, selon les mots de l’historien Gilbert Garrier, une « guerre de trente ans » de 1870 à 1900. La géographie du vignoble français en ressort profondément modifiée, certaines régions abandonnent la culture de la vigne : de nombreux secteurs de montagne, la majeure partie de l’ancien vignoble historique formé au Moyen Âge autour de La Rochelle – longtemps premier vignoble français en dimension –, certains secteurs du Rhône, les vignobles parisiens. Le chemin de fer hâte le processus en mettant en concurrence les régions les unes par rapport aux autres. Certes, la vigne a perduré ailleurs, mais on n’imagine guère le bouleversement social et identitaire que cela dut être pour des milliers de personnes. L’exode rural s’est nourri de cette crise sans précédent ; certains viticulteurs de France, d’Italie ou d’Espagne partent s’installer en Californie ou en Amérique latine ».

Pour en savoir plus