Accueil > Annuaire

Michalon Bénédicte

Chargée de Recherche CNRS
Tél. : 05 56 84 68 49
Site d’affectation dans l’UMR 5319 : Bordeaux Campus
Contact : benedicte.michalon@cnrs.fr

Chargée de recherche au Cnrs depuis octobre 2006, mes travaux sont situés à l’interface entre études sur les migrations et études sur l’enfermement. Ils portent sur les dispositifs de contrôle des migrations et leurs effets sur l’expérience des migrants.

Domaines de spécialisation :

- Géographie des migrations
- Géographie de l’enfermement
- Géographie sociale
- Géographie politique

Thèmes de recherche :

- Rétention administrative des étrangers
- Assignation à résidence des étrangers
- Hébergement des demandeurs d’asile
- Travail des étrangers dans l’agriculture
- Mobilités marchandes
- Migrations de retour

Zone(s) géographique(s) des recherches :

Europe centrale et orientale ; France ; Allemagne

Programmes en cours :

- Camigri : Les campagnes françaises dans la dynamique des migrations internationales. Coordonné par David Lessault (Migrinter), financé par l’ANR (2016-2020).
- AlterEcole : Les dynamiques territoriales et scolaires dans la construction de l’altérité : élèves migrants, itinérants et autres « outsiders » dans les espaces sociaux-scolaires segmentés. Coordonné par Claire Schiff (Centre Emile Durkheim) et Isabelle Rigoni (INS HEA), financé par le Conseil Régional d’Aquitaine (2015-2018).

Parcours de recherche

Enfermement des étrangers
Coordination du programme « Les dispositifs de l’enfermement. Approche territoriale du contrôle politique et social contemporain » (TerrFerme), financé par l’ANR et le Conseil Régional d’Aquitaine (2009-2015). Ce programme visait à développer une analyse spatiale de l’enfermement autour des prisons, des logements pour travailleurs migrants et des centres de rétention pour étrangers - autant d’institutions de réclusion généralement appréhendées séparément les unes des autres. Dans ce cadre, j’ai travaillé sur la rétention administrative des étrangers et l’hébergement des demandeurs d’asile en Roumanie (http://terrferme.hypotheses.org/).

Travail des étrangers dans l’agriculture occidentale :
Entre 2006 et 2009, participation au programme « Le travail des étrangers dans l’agriculture occidentale : construction européenne et évolution des modèles migratoires » (Migragri), dirigé par Swanie Potot (Urmis, Nice). Celui-ci visait à analyser les mutations récentes du recours à la main-d’œuvre migrante dans l’agriculture européenne. J’ai travaillé sur les migrants des Etats ex-communistes, alors nouveaux venus sur le marché du travail agricole français. L’enquête a été menée auprès de saisonniers agricoles polonais dans la vallée de la Garonne.

Circulations marchandes :
En parallèle, conduite d’une recherche sur les circulations marchandes et leurs rôles dans la recomposition des espaces frontaliers. L’objectif était de poursuivre une réflexion sur la mondialisation « par le bas » et plus spécifiquement sur différentes formes de mobilité internationale associées à des activités marchandes. La recherche empirique a été menée autour de la frontière entre Roumanie et République de Moldavie auprès de commerçants moldaves.

Migrations de retour :
Ma thèse portait sur les migrations dites « ethniques » ou de « retour » et visait à analyser le rôle que peuvent jouer les processus d’ethnicisation dans la mise en place de pratiques et de politiques migratoires spécifiques (ou non). La réflexion était centrée sur l’immigration en Allemagne des Aussiedler de Roumanie

Champs d’expertise  : Les dispositifs de normalisation de la réalité / Le corps, les corps et les sujets.

Focale(s) du laboratoire : Traduction/Représentation

Publications sur HAL :