Accueil > À noter

Initiatives doctorantes : L’informel dans les méthodologies des sciences sociales

mis à jour le 16 octobre

Cet atelier est organisé par Anaïs Carrère, Marie Faulon, Ninon Huerta, Arthur Oldra, Gaël Rannou le vendredi 27 octobre 2017, vendredi 17 novembre 2017 et vendredi 8 décembre 2017 de 9 h à 12 h (MLR033).

La méthodologie est ce qui distingue les textes scientifiques des autres textes. Elle construit une traçabilité objectivable censée affirmer la scientificité d’une production en la garantissant scientifique. Indispensable à l’écriture d’une thèse, elle permet sa validation par la création de données de recherches inédites discutées par l’apport de la bibliographie. Cependant, ces données sont construites par le cadre méthodologique élaboré par le chercheur. Il fixe des règles pour ordonner et donner forme à la réalité qu’il observe sur son terrain, que ce soit des entretiens, des textes, des iconographies, des discours, de l’observation ou des archives. Pourtant, il semble que le réel échappe toujours à ce que la recherche souhaite montrer et à la forme dans laquelle on voulait qu’il entre. De l’inattendu apparait sans cesse. Il pousse la méthodologie à être corrigée et revue. Ce réel, qui fait la matière de la recherche et lui donne parfois son sens, est alors renvoyé à une catégorie que nous avons nommée, faute de mieux, l’informel. Comment peut-on travailler cet informel, ce « sans forme » pour le rendre formel et objectivable en tant que donnée scientifique utilisable ?

Ainsi, cette table ronde aura pour but de mettre en relation des doctorants des diverses disciplines représentées par l’E.D. Montaigne Humanité afin de créer un espace commun d’échanges sur l’informel. Cet espace a pour but d’aider chaque doctorant à se confronter à l’informel dans son sujet, de se nourrir de l’expérience des autres et de tenter de proposer une synthèse transdisciplinaire sur le sujet.