Rechercher




Accueil > Productions scientifiques > Appel à contribution

Appel à communications : "Industries culturelles dans les Suds à l’heure d’internet"

mis à jour le 6 avril 2018

Industries culturelles dans les Suds à l’heure d’internet. Diversité des acteurs et des reconfigurations locales

Les industries culturelles ont été marquées par de profondes mutations liées aux développement d’internet et plus largement à celui des technologies de l’information et de la communication (TIC) Anderson, 2004 ; Benghozi, 2006 ; Bouquillion et al., 2013). Les évolutions dans les modes de création, production et diffusion de contenus culturels locaux et internationaux au coeur de ces industries (film, musique, arts visuels, arts de la scène, littérature) sont en partie repensées à travers les nouvelles possibilités offertes par les TIC : des outils de production numérique (audiovisuel,
graphique, imprimantes 3D, services, …), aux réseaux sociaux (Facebook, Instagram, Youtube Channel) en passant par les plateformes de streaming et téléchargement (Deezer, Netflix), mais aussi par les blogs personnels, applications pour smartphone, etc. Ces technologies se diffusent rapidement à l’échelle mondiale et avec elles l’idée que les TIC seraient le vecteur d’une mondialisation linéaire et inéluctable, entachée par un processus d’homogénéisation culturelle au profit des pays anglo-saxons. Cette approche est critiquée et nuancée dès les années 1980 à travers des travaux qui insistent sur la diversité des structures industrielles nationales et des choix faits en
terme de politiques publiques (Mattelart et Schmucler 1983 ; Delapierre et Zimmermann, 1986). Par ailleurs, comme l’on déjà montré des études sur les configurations industrielles liées aux technologies antérieures — le disque en Jamaïque (Power et Hallencreutz, 2002), la musique enregistrée en Inde (Manuel, 1991 ; Parthasarathi, 2013), la radiodiffusion au Brésil, (Rivron, 2010)
— les modalités d’appropriation (De Certeau, 1980 ; Appadurai, 1996) des technologies liées au développement d’internet varient elles aussi considérablement d’un pays à l’autre.

Trois axes de réflexion seront privilégiés dans ce numéro et peuvent éventuellement être combinés :

  • Transitions numériques et politiques de régulation
  • Espaces de création et réintermédiation du travail artistique
  • Economies culturelles numériques et transformations des territoires des industries culturelles.

Ce numéro est ouvert aux contributions originales permettant de mieux répertorier et appréhender la diversité de ces phénomènes à partir de terrains récents et d’analyses qui accordent une attention particulière aux dimensions spatiales et socio-anthropologiques (parcours de vie d’artistes, d’intermédiaires et de startups qui permettent de cartographier les expériences). Une partie comprenant un état de l’art sur l’approche des industries culturelles dans le(s) pays étudié(s) et des principaux enjeux liés à l’arrivée de l’internet sera particulièrement appréciée.

Modalités de soumission :
- 1e Avril 2018 : envoi de résumés (500 mots) en français ou en anglais comprenant un titre et 5 mots-clés
- 1e Juin 2018 : date butoir pour la soumission des textes complets en français ou en anglais. Les textes doivent être au format .doc et à 50 000 signes maximum (comprenant la bibliographie, les résumés, mot clés et présentation du/des auteurs).

Plus d’information sur les formats et les recommandations aux auteurs : https://com.revues.org/7501
- Procédure d’évaluation des articles soumis : https://com.revues.org/7499
- Novembre/Décembre 2018 : date prévisionnelle de la parution du dossier dans les Cahiers d’Outre-Mer.
Les résumés et articles complets seront conjointement envoyés à vassili.rivron@unicaen.fr et
christine.ithurbide@gmail.com