Site en cours de remaniement complet. Le site subit en ce moment une refonte complète. Désolé de la gêne occasionné !

PASSAGES

Accueil > Recherche > Atelier "Métrologies Critiques" > Atelier Transversal « Mise en chiffre, mise en carte, mise en ordre du monde (...)

Atelier Transversal « Mise en chiffre, mise en carte, mise en ordre du monde : approches critiques des métrologies de l’espace », 26 avril

lundi 9 avril 2018, par Marie-Bernadette DARIGNAC

Atelier "Métrologies critiques" de l’UMR Passages "Mise en chiffre, mise en carte, mise en ordre du monde : approches critiques des métrologies de l’espace"

Jeudi 26 avril 2018 - 14 h à 17 h, UFR Droit éco gestion, salle de conseil, UPPA, Pau

« Logiques d’usage et de non usage des indicateurs alternatifs au PIB » par Léa Sébastien (maître de conférences en géographie, Université Toulouse II)

Résumé :
De nombreux travaux scientifiques contribuent, depuis plus de quarante ans, à montrer les limites écologiques et sociales d’un modèle de société fondé sur la poursuite infinie de la croissance du Produit intérieur brut (PIB) (Meadows et al., 1972 ; Jackson, 2010 ; Caminel et al., 2014 ; Steffen et al., 2015). Si les réflexions pionnières sur la croissance et son indicateur phare se sont d’abord cantonnées aux milieux écologistes et militants, aux sphères de la société civile organisée et aux politiques locales (Méda, 2000 ; Gadrey et Jany-Catrice, 2012), elles ont récemment intégré les sphères institutionnelles nationales et internationales (Stiglitz et al., 2009 ; Hák et al., 2012 ; Chancel et al., 2014). Aujourd’hui, sous l’apparente homogénéité d’un « au-delà du PIB », coexistent de nombreuses initiatives dont les motifs, les procédures et les finalités divergent et sont parfois antagonistes.

Dans cette nébuleuse, les sphères institutionnelles, dotées d’importants leviers opérationnels et politiques, sont amenées à jouer un rôle important dans la diffusion de nouvelles conventions de richesse et dans l’orientation que pourrait prendre un « au-delà du PIB ». Il nous semble dès lors essentiel de comprendre les logiques d’usage (et de non usage) des indicateurs alternatifs par les acteurs institutionnels, et ce à différentes échelles.

Les résultats de ces réflexions sont issus de deux projets européens FP7 CPRD : POINT (Policy Use of indicators, 2009/2012) et BRAINPOOL (Bringing Alternative Indicators into Policy, 2012/2015). La présentation s’organisera en trois grands points :
1. Contexte général des indicateurs alternatifs
2. Facteurs d’usages et de non-usage politiques des indicateurs alternatifs
3. Rôle de la participation dans l’institutionnalisation des indicateurs alternatifs