Accueil > Evènements > Séminaires > Séminaire "Présentations poétiques du monde"

Présentations poétiques du monde, 12 novembre

mis à jour le 5 octobre

Présentations poétiques du monde, 12 novembre

Marie-Clotilde Roose, écrivain, docteur en philosophie et chargée de cours à l’UCLouvain, faculté LOCI (architecture et urbanisme) à Tournai interviendra sur le poétique en lien étroit avec la ville et ses espaces et tentera d’ouvrir une voie vers la question de « l’espace poétique » en général le lundi 12 novembre à 10 h à la Maison des Suds, salle des stages. Sa présentation s’intitule : "Explorations du poétique comme source et comme finalité".

Avec l’amorce de Roberto Juarroz en exergue de votre séminaire, « Penser, pour moi, c’est unir ce qui se divise », une invitation est faite à remonter à la source de l’objet à penser, sans se départir de notre vécu de sujet. Cet objet est « le réel commun », que Juarroz regarde d’une manière englobante et poétique. Que signifie ce regard poétique sur le réel, sur le monde ? Pour y répondre, et répondre de nos pratiques en milieux de recherche, trois temps seront proposés. (1) Pour vivre le poétique, ici et maintenant, nous entrerons en présence de poèmes. Nous nous interrogerons ensuite sur ce qu’ouvre un poème lu à haute voix ou silencieusement, sur cet « état poétique » qu’il procure au récepteur. A quoi le poème nous rend-il sensibles ? A l’écoute d’une pensée agissante, de perceptions singulières, de petits détails qui touchent, d’une étrangeté dans le langage, dans le choc des images … ? (2) La méthode phénoménologique, créée par Husserl et présentée par Natalie Depraz comme « pratique concrète », sera abordée en tant qu’outil adéquat pour approcher le phénomène poétique - non seulement le poème, mais ce qu’il a permis d’ouvrir comme catégorie dynamique, suscitant une énergie propre à la poésie, celle-ci précédant et excédant tout poème. Les aspects saillants de mes découvertes de thèse, centrée sur le poétique, seront exposés sous forme de quelques propositions paradoxales. (3) Comment mettre en application cet outil et ces découvertes dans l’enseignement, à l’épreuve du réel, des espaces/temps vécus par des étudiants en architecture, à travers deux cours (phénoménologie et critique architecturale) ? Et comment les étudiants se les approprient, pour retrouver ce que Zumthor appelle « la qualité architecturale » et créer une « atmosphère » poétique – en tant que finalité recherchée.

Contact