Rechercher




Accueil > Recherche > Atelier "Métrologies Critiques"

Séminaire Transversal « Mise en chiffre, mise en carte, mise en ordre du monde : approches critiques des métrologies de l’espace », 21 mai

mis à jour le 20 mai

Le mardi 21 mai 2019 de 9 h 30 à 12 h 30, salle des stages à la Maison des Suds de Pessac.

Analyse critique des métrologies de la déforestation des mangroves au Sénégal avec Julien Andrieu (UMR ESPACE)

Ce séminaire s’inscrit dans une continuité avec la présentation de Laurent POLIDORI (séminaire McMo du 24 mars 2017) qui apportait une réflexion autour de la gouvernance par les nombres et les cartes, et les enjeux d’une déconstruction des processus de leur fabrique, notamment avec la télédétection.
Il s’agira donc de s’interroger notamment sur le statut des images de télédétection, en lien avec les actions de conservation menées au regard des résultats des études scientifiques qui les ont mobilisées et/ou créées. Par ailleurs, le travail de télédétection impliquant de travailler en mode raster, la question des limites peut être posée : les limites du pixel n’ont pas de réelle valeur sur le terrain, comment dans ce cadre aboutir à des limites pour des aires de conservation par exemple ?
Enfin, nous pouvons nous interroger sur l’usage de la télédétection pour montrer les dommages causés à l’environnement et pas les gains (cf. article de discussion de l’article de Carney et al.). La science est-elle mobilisée uniquement au profit d’un discours politique/militant (cf. les ONG alertant sur la dégradation de l’environnement) ? Cela renvoie à questionner la preuve apportée et l’engagement du scientifique ; et sachant que les méthodes de conservation telles que portées par les ONG militantes ne sont pas nécessairement les plus appropriées, même questionnement sur l’engagement du scientifique (lien avec un « plaidoyer » pour une géographie appliquée ?).

La discussion sera animée par Xavier Amelot et Emmeline Lobry, doctorante, de l’UMR Passages.

Julien ANDRIEU est géographe, enseignant-chercheur à l’UMR ESPACE (Nice). Il est spécialiste de biogéographie et de télédétection. Son mémoire d’Habilitation à Diriger des Recherches, qu’il a soutenue en 2017, s’intitule Contribution méthodologique à l’analyse spatiale de la végétation terrestre. De la biogéographie quantitative à une géographie appliquée à la lutte contre l’érosion de la biodiversité végétale. Son travail de recherche s’organise autour de la complémentarité entre terrain et développement méthodologique en analyse spatiale, notamment en télédétection et modélisation. Il a deux terrains d’étude : les Alpes du Sud et l’Afrique de l’Ouest. En Afrique de l’Ouest, il a notamment travaillé sur la mangrove et son évolution au cours du temps.