94 % des Français s’estiment heureux de vivre dans leur pays, selon un sondage de mars 2018. Mais alors, pourquoi, six mois après, 280 000 Gilets jaunes déferlent-ils dans toute la France et, des semaines durant, crient-ils leur dénuement et leurs souffrances ? Pourquoi, surtout, recueillent-ils 70 % d’adhésion de l’opinion lors de leur première manifestation ?
Comment résoudre cette contradiction entre l’importance du budget social de la nation, le sentiment immédiat de vivre heureux dans son pays et le sentiment contraire de souffrir de nombreuses carences sociales ? Ni partisan ni naïf, Hervé Le Bras propose une lecture fine de sondages et études, en compare les résultats dans différents pays européens. Partant du constat que la France est à la fois l’un des pays les plus égalitaires de l’Union européenne et l’un de ceux qui procèdent à la plus large redistribution sociale, le démographe s’interroge sur ce qui peut alors expliquer la contradiction entre l’état objectif du pays et le sentiment subjectif de ses habitants. Une lecture aussi passionnante que nécessaire.
Auteur
Hervé Le Bras est démographe, directeur d’études à l’Institut national d’études démographiques (INED). Enseignant à l’école des hautes études en sciences sociales (EHESS), il est l’un des plus grands spécialistes français en histoire sociale et en démographie.

Se sentir mal dans une France qui va bien, Harmonia Mundi-L’aube, Jeudi 13 février 18h00, Librairie Georges, place du Forum, Talence

Débat animé par Pierre-Yves Saillant