L’UMR Passages, laboratoire de SHS – section 39 du CNRS, réunie en AG ce 16 janvier 2020, dénonce les objectifs du projet de Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche, qui :

  1. Renforcent la concurrence entre laboratoires, alors que la connaissance se construit dans les échanges, la coopération et les partenariats ;
  2. Accroissent la précarité de tous les personnels, alors que la recherche a besoin de temps et de stabilité ; précarité qui, en outre, renforce la concurrence et isole les personnes, en particulier les jeunes chercheur.e.s ;
  3. Conditionnent clairement la viabilité de la recherche à un système reposant sur le financement par appels à projets comme source principale, qui limite le champ des questionnements, la dimension critique et l’autonomie dans la production de savoirs, sapant ainsi l’essence même de la recherche ;
  4. Menacent particulièrement les générations à venir et en devenir engagées dans tous les métiers de la recherche (enseignant.e.s-chercheur.e.s et chercheur.e.s, personnels de soutien et de support), empêchant ainsi les solidarités intergénérationnelles ;

et se joint à la demande de la CPCN (CNRS) d’ouverture rapide d’un vrai dialogue avec la communauté scientifique sur ce projet.

Elle s’engage dans cette voie en préparant pour courant février une réunion d’échange où seront convoqués l’ensemble des élu.e.s à l’Assemblée nationale des circonscriptions où sont implantés ses sites.

Déclaration adoptée à l’unanimité des présent.e.s (92 personnes)

CNRS
CNRS
CNRS