DéCiSIF

2017-2020

Les enjeux locaux de la transition : Décideurs et Citoyens dans un contexte urbain de Signaux Faibles

L’objectif du projet DéCiSiF est, à partir d’une approche centrée sur les territoires locaux, d’explorer la question de la conscientisation, de l’appropriation et de l’opérationnalisation de la transition écologique, économique et sociale dans des espaces urbains et périurbains où les signes locaux des changements environnementaux sont peu spectaculaires. DéCiSiF cherchera à mieux connaître et infléchir les pratiques et les représentations de décideurs et surtout de citoyens « ordinaires » que le cadre de vie, les caractéristiques socio-culturelles ou les pratiques spatiales mettent peu aux prises avec des effets directs et tangibles des changements climatiques.

L’ambition du projet est de s’attaquer à deux enjeux étroitement imbriqués qui interrogent la recherche et l’action : le verrou social de l’appropriation de la TEES et le verrou organisationnel que sont la transversalité et l’intégration des politiques publiques.
1. Le verrou social de l’appropriation
Même si les signes des changements climatiques dans le quotidien apparaissent a priori peu spectaculaires, peut-on néanmoins rendre visibles, palpables et immédiats des enjeux locaux de la transition ? L’appropriation de ces enjeux à l’échelle locale peut-elle servir de levier pour justifier et induire des transformations sociales et des changements de pratiques ? Peut-on, pour peser sur les comportements, s’appuyer sur les valeurs des citadins, notamment l’attachement des individus à certains lieux et au territoire ?

2. Le verrou organisationnel des politiques publiques
La question de l’implication et des changements de pratiques se pose également pour les élus locaux et les cadres des collectivités, eux-mêmes porteurs de valeurs et amenés, dans le cadre de la loi sur la Transition énergétique, à impulser les politiques publiques en matière de transition. Comment les amener à réfléchir à cette transversalité et à l’intégration de la transition dans leurs préoccupations ? Comment leur donner les moyens d’articuler les attentes de la population et les injonctions réglementaires et politiques venues des échelons national et international ? De nombreuses expériences sont menées actuellement, parfois de façon dispersée, dans les territoires. En nous appuyant sur les dispositifs mis en place par les acteurs de l’éducation à l’environnement, quelles transformations peut-on observer ? Quels outils élaborer pour passer de l’analyse à l’action ? Quelles expérimentations peut-on mener ?

Ces questions seront abordées notamment à travers le prisme de trois thématiques :
-Représentations, valeurs et connaissance des enjeux locaux des changements environnementaux
-Amélioration de l’environnement urbain : lieux de nature et qualité de vie
-Alimentation et jardins collectifs comme laboratoire et levier du changement ?

Elles seront analysées à travers l’exemple d’une agglomération de taille moyenne, Pau, peu marquée à ce jour par les effets tangibles des changements climatiques et dont la communauté d’agglomération cherche à mettre en œuvre son PCAET. Il s’agit, à partir de cette étude de cas, d’élaborer une approche transposable à d’autres territoires. Nous visons donc une double contribution, théorique et pratique, à la compréhension des freins et des leviers de la TEES en vue d’éclairer la décision.
Le consortium réuni à cet effet regroupe un laboratoire de recherche, la collectivité concernée et des acteurs associatifs d’animation et d’éducation à l’environnement.