Titre de la Thèse

La filière forêt- bois française confrontée aux défis de l’écologisation : de l’arbre « sensible » à la malforestation

Le 8 octobre 2020 à 14 h à l’Université de Pau et des pays de l’Adour, salle des thèses, bâtiments Recherche DEG

Membres du Jury
– Paul Arnould, Professeur émérite, ENS Lettres Lyon
– Bernard Davasse, Professeur des Universités, Ecole Architecture de Bordeaux
– Marc Galochet, Professeur des Universités, Universités de Valenciennes
– Jean-Yves Puyo, Professeur des Universités, Universités de Pau et des Pays de l’Adour
Résumé

En ce début de XXIe siècle, la filière forêt-bois française est considérée comme un acteur majeur dans la réflexion en cours sur les conséquences du changement climatique et les moyens d’y remédier. Ainsi, le bois, assimilé à une ressource dite renouvelable, est appelé à devenir un substitut de choix aux ressources moins « pérennes » issues, par exemple, de la pétrochimie. En ce sens, la filière forêt-bois, qui a bien perçu l’enjeu, doit mais aussi souhaite produire plus. En effet, le programme national de la forêt et du bois (PNFB 2016-2026) prévoit une mobilisation supplémentaire à hauteur de 12 millions de mètre cubes à l’horizon 2026.
Cependant, la filière fait face à nos jours aux conséquences de l’écologisation croissante des esprits, à l’oeuvre dans la société française. En ce sens, la sylviculture pratiquée actuellement se voit remise en cause à travers la promotion de la notion de la malforestation. Par ailleur, la société réinvestit significativement la forêt en tant qu’espace de ressourcement, à travers la sylvothérapie, avec en parallèle l’émergence d’une nouvelle approche de l’écosystème forestier portée par des réflexions autour de l’arbre sensible.
Dans ce contexte, notre recherche doctorale vise à mettre en évidence, d’une part, comment la filière bois-forêt, et surtout son industrie, est interrogée par le phénomène d’écologisation ; et d’autre part, la façon dont les auteurs de cette même filière perçoivent les enjeux induits par cette remise en cause contemporaine.
Mots-clés : filière forêt-bois, écologisation, malforestation, changement des pratiques

CNRS
CNRS
CNRS