Actualités

Soutenance de thèse Morgane Robert, 9 juillet

Morgane Robert soutiendra sa thèse intitulée : Savanes et ravines du bas versant sous le vent de La Réunion. Pour une approche paysagère des dynamiques végétales. Le cas du Leucaena leucocephala (Lam.) de Wit
 
réalisée au sein de l’UMR Passages, de l’ENSAP Bordeaux et de l’école doctorale Montaigne Humanités, sous la direction de Serge Briffaud et Véronique André-Lamat.
 
La soutenance aura lieu le vendredi 9 juillet 2021 à la Maison des Suds à 14H – Esplanade des Antilles,  Salle des stages
 
La soutenance est publique mais les places sont limitées. Un lien de connexion pour une retransmission vidéo sera communiqué aux personnes qui en feront la demande par mail à l’adresse morgane.robert@bordeaux.archi.fr
 
Le jury est composé de :
 
Véronique André-Lamat, Maîtresse de conférence, Université Bordeaux Montaigne, co-directrice de la thèse
Vincent Boullet, Docteur, Université de Bretagne Occidentale, examinateur
Serge Briffaud, Professeur, ENSAP Bordeaux, directeur de la thèse
Béatrice Collignon, Professeure, Université Bordeaux Montaigne, examinatrice
Christian Germanaz, Maître de conférence, Université de La Réunion, examinateur
Fabienne Joliet, Professeure, Agrocampus Ouest d’Angers, rapportrice
Dominique Strasberg, Professeur, Université de La Réunion, rapporteur
 
Résumé de la thèse :  Cette thèse vise à analyser la prolifération d’espèces végétales exogènes dans les savanes et ravines du bas versant sous le vent de La Réunion, espaces de non-projet en matière environnementale. Le but est de caractériser de manière rétrospective les dynamiques socio-écologiques à l’œuvre dans la transformation rapide des paysages. La thèse défend une entrée paysagère prioritairement culturelle et sociale dans la question de la biodiversité. Fondée sur une compréhension des processus paysagers par la plante, l’approche retrace la trajectoire paysagère du principal agent végétal invasif, Leucaena leucocephala. Elle montre que la prolifération de Leucaena leucocephala est le symptôme d’un changement social et naturel, avec un déclin des usages des espèces végétales résultant de l’effacement d’une culture locale de marronnage. L’approche paysagère construit une image sensible des réalités environnementales, mettant en lumière la diversité des regards. Elle mobilise l’image fixe et animée dans l’enquête de terrain et dans la restitution. La thèse fournit les matériaux d’une médiation pour fonder une action concertée de gestion des dynamiques végétales. 

Dernières actualités