GUYINT

2018-2021

Titre : Gouvernance des grands espaces et enjeux environnementaux : l’intérieur du plateau des Guyanes

Les espaces à faible densité de population, ou « grands espaces », sont un enjeu important dans le monde contemporain. Ils concentrent les ressources disponibles, sont également fournisseurs de divers types de services environnementaux et on leur prête de plus en plus une valeur intrinsèque. Ces espaces font l’objet d’un gouvernement « à distance » en ce sens que les sociétés urbaines auxquels ils sont administrativement et juridiquement rattachés en déterminent à la fois l’exploitation (étant les marchés qui achètent leurs ressources) ou la protection (par le biais de l’énonciations de codes, règles, lois sur l’environnement). Cette gouvernance à distance et ses interactions (positives comme négatives) avec les populations et enjeux locaux doivent être analysées afin de mieux en comprendre les modalités et les effets concrets.

Le projet GUYINT propose d’observer à travers ce prisme l’intérieur du plateau des Guyanes, en particulier la Guyane française et de l’Amapá. Cet espace correspond en effet parfaitement à la définition des « grands espaces », alliant faible densité démographique, abondance de ressources naturelles et enjeux environnementaux. Depuis une quinzaine d’années, il a été l’objet d’une politique de protection de l’environnement frontalement opposée aux pratiques de certains groupes économiques locaux, notamment les orpailleurs illégaux. Par ailleurs, la participation des populations traditionnelles ou amérindiennes de la région à la définition des nouvelles règles a été partielle et continue d’offrir certaines difficultés. Enfin, la vision régionale sur la question, notamment dans les centres comme Macapá et Cayenne, diffère sensiblement de celle développée à Paris ou à Brasília. La région se présente donc comme un exemple parfait des différentes échelles de la gouvernance des grands espaces et des interactions, conflits et rétroactions que celles-ci entraînent.

Pour étudier ces phénomènes, le projet GUYINT propose d’avancer sur quatre axes de travail thématiques qui constituent chacun une facette du problème général : 1. Production et usage de l’information géographique, en particulier relative à l’environnement ; 2. La définition et l’implémentation des politiques de protection, avec un focus sur les parcs nationaux et les zones dédiées à la recherche scientifique ; 3. L’exploitation des ressources naturelles, en particulier minières ; 4. Les stratégies des populations locales, en particulier les populations amérindiennes. L’ensemble des modules thématiques nourrira une réflexion pour l’élaboration d’une théorie de la gouvernance des grands espaces, car les phénomènes observés sur le plateau des Guyanes ont des correspondances dans de nombreuses régions du Monde (Alaska, Sibérie, Ouest américain, Australie, etc.).

Sur le plan des méthodes, le projet propose une combinaison d’approches qualitatives et quantitatives basées sur la collecte de données primaires (interviews, relevés de terrain) et secondaires (en particulier l’information géographique produite par des tiers). L’ensemble permettra la confortation du cadre conceptuel initial élaboré en début de projet.

François-Michel Le Tourneau (UMI iGlobes, Tucson, USA)

Matthieu Noucher (coordinateur WP1), Delphine Montagne.

UMI iGlobes (USA), UMR PRODIG (Paris), UMR CREDA (Paris), UMR LEEISA (Cayenne), Université de Brasilia (Brésil)

ANR

Parc amazonien de Guyane, Parc National « Montanhas de Tumucumaque » (Brésil).